Le père Noel avec son gilet jaune dans les cinémas Pathé-Gaumont

pereNoelEnGiletJaune 

Le mouvement des gilets jaunes a mis dans le débat public l’ensemble de la politique sociale et fiscale du gouvernement et des politiques néolibérales mises en œuvre depuis des décennies. Il a affirmé avec force le lien entre la question sociale et écologique : la nécessaire transition écologique ne peut se faire sur le dos de la majorité de la population. 

Ce mouvement est maintenant porteur de revendications concrètes et d’une exigence démocratique fondamentale : ce n’est pas à une petite minorité de privilégiés de décider de l’avenir de toutes et tous. Malgré la forte mobilisation de ces femmes et hommes déterminé-es et devant faire face à une répression inouïe, Emmanuel Macron maintient le cap sur l’essentiel : une fiscalité injuste qui épargne le capital et les hautes fortunes (suppression de l’ISF, allègement de l’exit tax), la réforme de l’assurance chômage, celle des retraites ainsi que les attaques prévues ou en cours contre la fonction publique, le logement social et les services publics, qui ne pourront qu’amplifier les inégalités sociales.


Une part importante de la population ne vit pas bien de son travail pendant
qu’une autre partie galère pour en trouver. Ce pays n’a jamais été aussi
riche mais une petite minorité récupère la grande majorité du gâteau. Les
annonces de Macron ne répondent ni à l’urgence sociale ni à l’injustice
fiscale. Pire encore : une partie de ce qui est dit par le gouvernement sera
payé sur nos impôts pendant que les riches s’en sortent tranquillement. Il
faut prendre sur les profits, il faut une autre répartition des richesses.


En pleine crise des Gilets jaunes, le gouvernement se dit prêt à faire un geste en faveur du pouvoir d’achat. Le Premier ministre a ouvert la voie à une prime exceptionnelle de fin d’année qui serait exonérée d’impôts pour les salariés et exemptées de charges sociales pour les employeurs. Le ministre de l’Économie s’y est dit favorable. « Si les entreprises, et nous les encourageons à le faire, peuvent mieux redistribuer la différence entre le capital et le travail, j’y suis personnellement favorable », a ajouté Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics au micro de France Inter. Chiche !
Le gouvernement est favorable à une prime exceptionnelle et défiscalisée versée courant 2019 aux salariés par les entreprises volontaires. La prime serait plafonnée à 1000 euros. Chiche !

Un coup de pouce des entreprises qui peuvent le faire ?
Reste aussi la question cruciale du montant. L’exécutif se garde bien d’avancer un chiffre. « Elle concernera les salariés des entreprises qui peuvent le faire », observe un haut fonctionnaire en concédant que certains salariés du privé – ainsi que les fonctionnaires – n’en bénéficieront pas. « Elle pourrait monter jusqu’à 1000 euros environ ».


En tout état de cause, la prime ne serait pas obligatoire mais volontaire. L’idée semble en tout cas faire consensus dans les rangs patronaux : « Nous y sommes favorables tant que cela reste volontaire », assure-t-on du côté du Medef, la principale organisation patronale.


Dans Les Cinémas Pathé Gaumont c’est possible !


Les actionnaires se gavent avec 30 millions d’€ de dividendes et 9 millions de "redevance de marques". Une prime de 1000 € pour les 1500 salarié.es ne représenterait qu’1/23 de cette somme. Un premier pas vers une meilleure répartition des richesses.


Le père Noel avec son gilet jaune,
dans les cinémas Pathé-Gaumont
c’est toutes et tous ensemble qu’on va gagner !

 

pereNoelEnGiletJaune3

logo

61, rue de Richelieu
75 002 Paris
tel : 01 40 15 82 68
fax : 01 40 15 85 99

Contacter-nous

Contacter Sud Culture Solidaires

UA-39501922-1